mardi 21 août 2018

Critique des Royaumes éphémères T3, Geoffrey Claustriaux

(Article original à lire sur le blog Dévolivre)

Salut les ptites loutres!
Je reviens aujourd’hui pour vous parler du tome 3 des Royaumes Ephémères, écrit par Geoffrey Claustriaux et publié chez Livr’s éditions. Si vous ne connaissez pas cette saga coup de coeur, je vous conseille vivement d’aller regarder la chronique du tome 1 pour en savoir plus.

Résumé

Matthew a basculé dans les ténèbres. Pour étancher sa soif de vengeance, il a éliminé les Shreid, responsables du massacre des siens, avant de rejoindre la caste des Nephilims. De leur côté, David, Milia et Garvin ont suivi les dernières recommandations de Balin et sont allés à la rencontre de l’étrange Mathayus pour qu’il les aide à développer leurs capacités le plus rapidement possible. En effet, les Royaumes Éphémères sont sur le point de connaître de grands bouleversements. Le Pentacle d’Hypérion, un objet ancien d’une puissance incommensurable, s’apprête à refaire surface. Ses morceaux éparpillés aux quatre coins des Royaumes Éphémères attisent la convoitise de nombreux mages, dont Matthew. Afin de le contrer, David et ses amis n’ont pas d’autre choix que de se rendre au Pays des Océans afin de récupérer le fragment du Pentacle qui s’y trouve…

Prix

16 euros

Mon avis

On retrouve dans ce tome 3 les protagonistes des tomes précédents, David, Garvin et Milia. Et au fils des romans, mon attachement pour eux grandit… J’aime leurs caractères très différents et la tournure que prennent leurs amitiés les uns pour les autres.
Et puis j’adore retrouver l’univers que Geoffrey Claustriaux construit ici. C’est sans aucun doute un des monde que je préfère dans toutes mes lectures. La magie y est toujours omniprésente et aussi charmante. Les créatures fantastiques sont surprenantes et j’aime en découvrir toujours plus. C’est pour moi le point fort de ce récit. Les trois héros vivent des aventures palpitantes pleines de rebondissements. J’avoue avoir été surprise plusieurs fois de la tournure que prenaient les événements. J’ai donc dévoré ce nouveau tome en quelques jours à peine.

En bref

coup de coeur
Ce roman suit les deux précédents dans mon cœur et se place dans la catégories de coups de cœur. Geoffrey Claustriaux nous offre un monde imaginaire bien construit et plein de merveilles tels que ses animaux fantastiques. J’ai hâte de connaitre la suite de cette saga.
N’hésitez pas à me dire si cette saga vous tente et si la connaissiez déjà.
Je vous embrasse!

jeudi 2 août 2018

Interview Auteur (3) — Geoffrey Claustriaux

(Article original à lire sur le blog Evasionimaginaire)
Troisième interview d’écrivain du Blog ! Joie ! Celle-ci est…spéciale. Elle concerne le premier auteur avec qui j’avais pris contact pour des conseils d’écriture il y a de cela…quoi…4 ans ? J’ai nommé l’ami Geoffrey Claustriaux, auteur dont j’avais chroniqué le 1er tome de sa saga Fantasy il y a plusieurs semaines déjà (à relire ICI). Depuis, nous sommes restés en contact et Geoffrey m’a fait l’honneur d’être le troisième auteur interviewé sur Évasion Imaginaire. Le Blog l’en remercie généreusement et espère un jour remettre ça 😉 Comme vous le remarquerez, on continue notre petit tour des auteurs belges, du local, de l’artisanal.
Contexte de l’interview : Au salon du livre de Bruxelles. Oui, l’interview date un peu mais cela avait été prévu comme tel. Et comme avec Manon Elisabeth d’Ombremont qui fut interviewé le même jour, pas de frites pour respecter le thème. Damn it ! Mais malgré tout, nous avons réussi à prendre des bières pour nous rincer le gosier entre deux questions. Thème à moitié respecté finalement. Demi-Check ! Le plus drôle dans cette histoire, c’est qu’il s’agissait de l’auteur que je connaissais le mieux, et j’ai réussi à stresser bêtement juste avant de démarrer les questions. Pourquoi ? Aucune idée. Il y avait également beaucoup de stress lors de l’interview avec l’ami Frédéric Livyns mais il s’agissait de la toute première, un dépucelage bloguesque improbable alors qu’ici ce n’était pas le cas. Étrange, n’est-il pas ? Soit. Mais après les questions et les aléas du direct (Geoffrey fut appelé à la rescousse sur son stand car des fans hystériques s’arrachaient sa saga comme des morts de faim), le moment le plus chouette fut sans aucun doute l’après interview. Malgré que nous nous soyons souvent vus lors de différents salons, nous n’avions jamais pris le temps de nous asseoir et de discuter de nos vies respectives (hors littérature). Il n’avait pas beaucoup de temps de pause et l’avait entièrement consacré à mes questions et à ce petit instant de détente devant une nouvelle bière. J’avais beaucoup apprécié et fut sincèrement touché. Je le remercie à nouveau et espère que ce genre de moment pourra se renouveler à l’avenir ^^
Trêve de sentimentalisme et passons à ce qui nous préoccupe directement –> Les questions ! Bonne lecture 😉


28504659_10156132247016948_1310201904_o
Boire une bière dans un verre à vin, une expérience…disons…improbable. Déjà qu’il n’y avait pas de frites…

  • Peux-tu te présenter brièvement, pour les lecteurs qui ne te connaîtraient pas, et dans quel genre littéraire t’inscris-tu ? 
Je m’appelle Geoffrey Claustriaux. Je suis un auteur de La Louvière de 32 ans. J’ai écrit pour l’instant une dizaine de romans. Il y a un petit peu de tout, de l’Heroic Fantasy, du Policier, de la SF Post-Apo., du Fantastique et bientôt de l’Horreur, de l’Horreur et encore de l’Horreur (Rires). C’est en projet en tout cas, je souhaite me tourner vers quelque chose de plus adulte, de plus gore. 
  • Pourquoi avoir débuté l’écriture et avoir choisi ces genres littéraires en particulier ?
J’ai commencé par le Post-Apo. et l’Heroic Fantasy car ce sont des genres plus libres. Je pense que lorsque l’on commence à écrire, il est plus compliqué de limiter son imagination et ce sont des genres qui permettent tout en fait. Et justement, en réaction à cela, j’ai eu besoin d’écrire quelque chose de plus cadré et voilà comment j’ai commencé à écrire mon roman Policier qui, de fait, comme il s’inscrivait dans un univers réaliste, était beaucoup plus cadré, limité, en termes de géographie, de possibilités physiques, donc voilà. J’ai démarré par les deux genres pré-cités pour avoir une liberté totale.
  • Y a-t-il un genre littéraire très différent de tes univers que tu n’oseras jamais écrire ?
Ah…Je pense que l’érotique n’est pas du tout fait pour moi (Rires). C’est pas du tout ma tasse de thé et parce que je pense que je serai très mauvais pour décrire ce genre de scènes sans tomber dans le gnangnan soit tomber dans le trash, le porno, je ne sais quoi. Je pense que j’aurai du mal à trouver l’équilibre, en tout cas dans ce type d’histoire. 
  • Donc jamais de scènes érotiques dans tes histoires ? 
Non, je n’ai aucune scène érotique. Déjà pratiquement aucune histoire d’amour, et lorsqu’il y en a, elles sont suggérées ou elles tournent mal (Rires). Car pour moi, c’est plus facile d’écrire une relation qui tourne mal que d’écrire une relation qui va bien. Dans les romans d’Horreur, il n’y aura toujours pas d’histoires d’amour, ou alors des histoires d’amour contrarié (Rires)
  • Qu’est-ce qui t’a poussé à vouloir éditer tes écrits ?
Pour moi, il y avait quand même une certaine recherche de reconnaissance. Être édité veut dire, pour moi, que mes écrits ont suscité suffisamment d’intérêt chez quelqu’un pour qu’il ait envie de s’investir lui-même et son argent dedans donc oui, il s’agissait vraiment d’une forme de reconnaissance. D’arriver à se faire publier était un accomplissement.
  • Quelques petits « trucs » pour les jeunes auteurs en herbe pour éviter certains pièges de l’édition ?
Alors déjà, la base c’est qu’il ne faut jamais payer pour se faire publier. Donc si quelqu’un vous demande par exemple 1000€ pour relecture, publication,…ne restez pas, courez, fuyez pauvres fous comme dirait Gandalf (Rires). Et au-delà de ça, bien choisir sa maison d’éditions, les cibler. Quand vous écrivez de l’Heroic Fantasy, évitez d’envoyer votre roman à une ME qui fait principalement dans le Romantisme. Donc filtrez les ME avec un catalogue qui convient au style du roman qui a été écrit. 

« Si je peux participer à donner goût à la lecture ou à faire en sorte que cela aille mieux dans le quotidien de certaines personnes, c’est génial et c’est émouvant. »


  • Quels étaient les œuvres ou les auteurs t’ayant le plus inspiré et pourquoi ?
Comme je dis toujours, Stephen King, Lovecraft,… Pour ce qui est du Policier il y a Mo Hayder parce que j’adore la façon dont elle écrit. Je ne suis pas toujours très fan de ses histoires qui contiennent pas mal de facilités ou des coïncidences trop évidentes, mais la façon dont elle l’écrit je trouve ça génial. 
  • Tu parles de King et Lovecraft comme sources d’inspiration mais tu n’as pas commencé l’écriture par ces genres-là. 
Étonnamment non, c’est vrai. J’ai été très influencé, c’est eux qui m’ont donné l’envie d’écrire, mais c’est vrai que je ne sais pas vraiment pourquoi je n’ai pas commencé par quelque chose de similaire. En fait avant de commencer dans l’Heroic Fantasy, les premières nouvelles que j’avais écrites étaient plutôt du genre Fantastique. Donc, quelque part, j’ai démarré par quelque chose d’assez semblable, mais pour le roman, en effet, je ne sais pas pourquoi. Mais c’est vrai que dans les trois recueils de nouvelles que j’ai sorties jusqu’à maintenant, il y a plusieurs textes que j’avais écrits quand j’étais jeune, ado, et c’était dans le style Fantastique/Horreur.
  • Tu écris principalement dans le train mais as-tu un rituel d’écriture et voudrais-tu parfois changer de cadre  ?
Un rituel, non, pas vraiment parce que je n’en n’ai tout simplement pas le temps. Je ne sais pas écrire avec de la musique dans les oreilles, par exemple. Il me faut du calme et dans le train il n’y en a pas vraiment. Donc, non pas de rituel. Par contre, changer de cadre, dans l’idéal ce serait de travailler de chez moi mais ça veut dire soit travailler le weekend (mais travailler le weekend comme tu le sais je ne suis pas souvent chez moi) soit travailler en 4/5ème ou un mi-temps mais je ne peux pas me le permettre. Par contre, l’année passée, en octobre, j’ai eu, grâce à la SCAM (société des auteurs belges), une bourse pour aller une semaine en résidence. Donc là j’ai vraiment été dans une chambre, pas loin de la Bourse à Bruxelles, et j’ai fait mon ermite pendant une semaine, j’ai écrit du matin au soir et j’ai donc énormément avancé. Si je pouvais faire ça plus souvent, ce serait vraiment bien. 
  • Tes frites préférées, tu les manges où (à défaut d’en avoir sous la main) ?
Pour moi c’est au Snack de la Drève, c’est près de chez moi et il vient d’être repris. Les portions sont généreuses ! En général, t’as plus faim quand tu sors de là. 
  • Le moment qui t’as le plus ému dans ta carrière d’auteur ? Le moment le plus embarrassant ?
Le moment qui m’a le plus ému ? Roh... (long moment de réflexion)…C’est pas qu’il y en a eu beaucoup mais rien que par exemple, hier matin, j’ai eu une critique très positive de la part de la RTBF, c’était Gorian Delpature et Michel Dufranne qui disaient que j’étais une personne très sympa, intéressante,… ils avaient carrément écrit que j’étais le « nouvel espoir du Fantastique belge ». Alors quand j’ai vu ça ce matin, je suis arrivé, je faisais des bonds partout et en criant « c’est qui le patron ? » (Rires). C’était fou ! Quand j’ai lu ça ce matin, je ne vais pas dire que j’étais ému aux larmes, mais tu te dis : « Moi ? C’est quoi ce truc de fou ».
Donc il y a eu ce moment, ou encore lorsque mon livre Pentecôte a été critiqué à la RTBF et sélectionné à l’occasion de « La Plume de Cristal ». Un des jurés, Michel Dufranne, également critique à la RTBF, a réalisé une critique très élogieuse de mon roman. Si j’avais un jour imaginé, lorsque j’ai commencé à écrire petitement dans mon coin, qu’on parlerait de moi à la télé dans des termes pareils… c’est très émouvant.
Et puis voilà, il y a des moments comme tout à l’heure. J’ai une fan, l’année passée, qui est en chaise roulante avec des difficultés de langage, qui m’a pris mes deux premiers tomes de la saga des Royaumes Éphémères, et là elle est revenue tout à l’heure en exprimant son enthousiasme. Ou lorsqu’une mère vient et achète mes livres pour les offrir à sa fille autiste et je reçois ensuite un message de sa part comme quoi sa fille a vraiment bien aimé,… C’est fou des trucs comme ça car je peux contribuer au bonheur des personnes. Ce sont toutes des petites histoires personnelles comme ça, il y en a plusieurs, pas des milliers non plus, mais cela arrive régulièrement qu’une mère achète un de mes livres pour son fils qui n’aime pas la lecture et qui une fois lu m’envoie des messages comme quoi il a adoré le livre et qu'il veut la suite, qu'il ne lit jamais autant d’habitude,… C’est génial quoi. Si je peux donner goût à la lecture ou faire en sorte que cela aille mieux dans le quotidien de certaines personnes, c’est génial et c’est émouvant.
Un autre moment c’était avec le gagnant du concours de nouvelles avec qui nous avions écrit (livre intitulé Cistellaria), Marius Claes. Il est venu passer une journée ici pour dédicacer, il a eu des étoiles dans les yeux toute la journée et il est reparti d’ici en disant que c’était une journée qu’il n’oublierait jamais de sa vie,…Tu te dis : « Ouah ! », j’ai pu apporter ça à un jeune. J’aurai jamais cru arriver à ce niveau-là. J’ai hâte de réaliser la prochaine édition du concours d’ailleurs. Lorsque tu sens que tu as apporté quelque chose à quelqu’un c’est super gratifiant.
Pour le moment le plus embarrassant, oh, il y a de temps en temps des petits vents comme ça, tu sais, lorsqu’on te présente en salon et qu’il y a trois personnes et que tu te demandes où tu es tombé. Il n’y a jamais vraiment eu de véritable moment d’embarras, mais plutôt des gros moments de solitude.
28460965_10156132247181948_1953416243_o.jpg
  • Qu’est-ce qui te fascine dans l’univers de la littérature de l’imaginaire, pourquoi est-ce un genre sous-évalué selon toi ?
Ce qui me fascine le plus c’est que l’on peut explorer des thèmes assez durs mais détournés, ou alors on peut alléger les thèmes du fait que c’est Fantastique par exemple, on peut l’enrober de choses plus légères ou en parler de façon métaphoriques et ça c’est super pratique. 
Je pense que le genre est sous-évalué parce que c’est un domaine, un peu comme au cinéma avec les comédies, plus populaire donc, pour parler pompeusement, les élites estiment que c’est justement trop populaire et que de ce fait ce n’est pas de la grande littérature. Je pense que cela participe beaucoup. J’ai un ami qui travaille dans la musique et se passionne pour la composition de morceaux pour la SF et on lui a demandé à plusieurs reprises pourquoi il ne voulait pas composer pour des genres plus sérieux que la SF ? Donc voilà, cela ne touche pas que la littérature. L’élite ne reconnaît même pas ces genres comme de l’art finalement car trop populaire et je trouve cela complètement con, personnellement. C’est comme cela pour le moment mais je pense que les choses changent, doucement, car il y a des choses qui se font pour remettre tous ces genres au goût du jour. Aujourd’hui, personne n’oserait dire que la version cinématographique du Seigneur des Anneaux n’est pas de l’art, de la merde ou un sous-genre. Il faut juste du temps pour changer les choses. 
  • Si je te dis « l’imaginaire est un lieu, l’évasion en est le voyage », qu’en penses-tu ? Cette citation s’inscrirait-elle à travers tes romans ?
Oui, tout à fait ! Je me reconnais et me retrouve totalement dans cette citation. J’écris vraiment pour que les lecteurs s’évadent du quotidien donc oui tout à fait. 
  • Quels sont tes projets littéraires dans les mois qui viennent (pour après le mois de juin/juillet) ?
Actuellement (et je ne les aurais certainement pas fini pour juillet), je suis sur 4 romans différents, à des stades d’évolution différents. Il y a donc un roman d’horreur pur, un thriller policier mais genre très très Dark, un de Dark Fantasy et un roman Fantastique qui m’a été commandé par une maison d’éditions, qui est ici d’ailleurs, le Héron d’Argent. Sinon, j’ai envoyé le 1er tome d’une nouvelle saga Fantasy aux maisons d’éditions donc là j’attends les retours. Il s’agissait de celui que j’avais réalisé sur Wattpad, Pherstone, dont j’avais demandé l’avis aux lecteurs pour le terminer donc celui-ci est fini, envoyé et en attente. Il y a eu pas mal de bons retours sur Wattpad, ce qui a notamment rassemblé une vingtaine de lecteurs très actifs qui m’ont aidé à améliorer le texte, aussi bien sur le fond que sur la forme, donc je pense que cela a donné quelque chose de pas mal. Plusieurs maisons d’éditions m’ont déjà dit qu’elles envoyaient le texte en comité de lecture et donc j’attends les avis dans les mois qui viennent. 
  • Si tu ne devais sauver qu’un seul de tes livres, lequel serait-ce ? Pourquoi ?
Ah ben je pense que je prendrais les Chroniques de l’Après-Monde. Car de toute façon, même si j’en écris un don je serai encore plus fier, il restera vraiment celui qui m’aura permis de me faire connaître. Il m’a emmené à Paris, au Salon du Livre, je n’y aurais jamais cru. En tout cas, c’est celui qui a été le plus diffusé jusqu’à maintenant. Et c’est également celui que je considère, jusqu’à maintenant, comme le plus abouti, peut-être pas au niveau stylistique, mais en tout cas sur le fond. Il restera celui dont je suis le plus fier et celui qui m’aura ouvert les portes du succès, disons-le comme ça, alors que paradoxalement c’est plus le livre Pentecôte qui m’a donné une visibilité critique en Belgique sur ce que je faisais. Mais dans mon coeur il s’agira toujours des Chroniques de l’Après-Monde. 
Quand soudain, on demande à Geoffrey de venir au stand en urgence pour l’achat d’une saga complète. Loin de moi l’envie d’empêcher l’auteur de vendre ses créations, je le laisse s’envoler et attend sagement son retour.
………
……………
Résultat de recherche d'images pour "GIF waiting"
Aaahh ! De retour de mission, la chemise arrachée et les cheveux décoiffés, nous reprenons l’interview en cours. 
  • Tu effectues beaucoup de salons, quelles sont les principales contraintes ?
Déjà, cela prend beaucoup de temps et d’énergie. Après, ce sont des horaires fixes donc t’es obligé d’être là du matin jusqu’au soir. Quand tu peux négocier avec l’éditrice ou l’éditeur, ça va mais en général ça prend toute la journée, voir tout le weekend. Donc c’est très fatiguant. Quand c’est très loin de Belgique, on dort sur place. Comme à Arras ou à Genève, on dort 4 ou 5 nuits sur place. Il faut prendre des jours de congés lorsque l’on travaille à côté lorsque cela dépasse le cadre du simple weekend.
  • Comment essaies-tu de convaincre une personne d’acheter tes livres en salon et quels arguments utilises-tu ?
J’ai pas vraiment d’arguments en fait. Ce que je fais c’est que j’explique l’histoire, tout simplement, et je cite mes influences. En général, cela fonctionne bien. Notamment pour les Royaumes Éphémères, lorsque je dis au public plus jeune que je suis très influencé Manga pour cette saga, ils se sentent tout de suite beaucoup plus en confiance parce qu’ils voient tout de suite les codes que j’ai pu utiliser ou le style. 
  • Est-ce difficile d’avoir de la visibilité en salon au milieu de tous les autres auteurs et d’accrocher le lecteur potentiel ?
Oui, bien sûr, c’est la principale difficulté. Moi j’ai contourné cela d’une certaine manière en accentuant tout sur les couvertures et cela fonctionne très très bien. J’essaie vraiment que chaque livre ait une couverture qui marque, ou en tout cas qui accroche l’œil directement. C’est pour ça que j’essaie de faire des couvertures assez colorées, assez contrastées et que cela soit le plus joli possible car c’est vraiment le premier contact entre la personne et le livre. Combien ne se sont pas arrêtées lors de la Foire du Livre pour me dire que les couvertures étaient géniales. Donc finalement c’est tout de suite plus attirant. 
  • Les auteurs belges ne sont-ils pas mis en retrait par rapport aux auteurs français ?
Oui et non. Non, parce que je n’ai pas l’impression que l’on soit moins mis en avant que les auteurs français. Et je vais dire oui par la force des choses parce que la plupart des grands auteurs sont des auteurs français, que les grandes maisons d’éditions sont françaises donc il n’y a pas une volonté consciente de nous mettre nous, auteurs belges, sur le côté. Ce sont juste des faits.
  • Quelle est la place de la littérature « Made in Belgium » à l’heure actuelle ?
Je ne sais pas si je peux parler de renouveau parce que je suis assez jeune mais en tout cas il y a une bonne dynamique pour faire beaucoup de salons en Belgique et je vois qu’il y a pas mal d’auteurs belges qui commencent à prendre leur place, qui se font connaître petit à petit, que ce soit moi, ou Emilie Ansciaux, ou Laeticia Reynders ou Yves Laurent (deux auteurs sous un seul nom) qui viennent de sortir le Thriller « Jeux de mains » et qui a eu une ascension fulgurante donc je pense que oui, il y a de l’avenir en Belgique. 

« Si on veut vraiment quelque chose, il faut travailler et faire en sorte de réaliser ce rêve. C’est bien beau de rêver mais c’est encore mieux de se donner les moyens de les concrétiser. »


  • Quel salon préfères-tu et pourquoi ? Lequel tu souhaiterais absolument faire ?
Il y en a deux principalement que je préfère, c’est tout d’abord le Salon du Livre de Bruxelles, c’est LE rendez-vous incontournable en Belgique et parce que, je ne sais pas pourquoi, c’est le salon où mes livres partent le mieux. Et ensuite, à pas grand chose derrière le Salon du Livre, c’est la « Made in Asia », mais ça c’est plus personnel. J’y allais déjà en tant que visiteur lors de la première édition et là je me retrouve de l’autre côté du stand. Quand j’y retourne je me revois toujours en tant que simple visiteur et je trouve ça fou d’être passé de l’autre côté de la barrière. Et en plus c’est le tout premier lieu où on s’est rencontré(Rires) !
Et pour celui que je souhaiterais absolument faire… ben le problème c’est que je les ai pratiquement tous fait. Allez, on va dire la Foire du Livre de Bruxelles mais en étant sur le stand de Bragelonne (Rires).
  • Quel conseil pourrais-tu donner aux jeunes auteurs en herbe qui souhaitent se lancer dans l’aventure de l’écriture et de l’édition ?
Le plus évident est naturellement de persévérer. De toujours continuer parce que des obstacles, ils vont en avoir et pas qu’un peu. Déjà rien que pour terminer un roman c’est beaucoup plus compliqué qu’on ne le croit car débuter un roman c’est facile mais mettre le mot fin c’est déjà autre chose. Après, c’est de devoir gérer toutes les déceptions liées aux lettres de refus des maisons d’éditions. Il faut pas se décourager, à force de persévérance il y en a peut-être une qui dira oui et là c’est parti. Mais il ne faut surtout pas se décourager et persévérer. 
  • Frites belges ou françaises ? Avec ou sans mayo ?
Ah ben frites belges hein ! Je crois qu’il n’y a même pas de comparaison possible (Rires). Moi, je suis plutôt Andalouse mais à choisir, allez, avec mayo. 
  • Ta bière belge préférée ?
Ouh ! Vaste choix, vaste choix ! (Rires)
Allez, j’ai un petit faible pour la Saint-Feuillien Grand Cru quand même. Elle est un peu plus douce que la normale donc s’il fallait vraiment en choisir une ce serait celle-là. 
  • Une spécialité culinaire louviéroise ? 
Louvièroise ? Oh Djeu ti ! Y a-t-il seulement une spécialité culinaire louvièroise (Rires) ? Alors écoute, je n’en sais rien du tout, franchement. Mais en Belgique en tout cas j’aime beaucoup les boulets liégeois. Bon, c’est pas louvièrois mais j’aime beaucoup. 
  • Si tu devais comparer tes œuvres avec un plat gastronomique belge, lequel ce serait ? 
Oulà ! Pas facile ça ! … Une carbonnade à la bière ! Parce que dans la carbonnade il y a beaucoup de choses, avec un petit arrière-goût sucré. Et j’aime bien faire un beau petit emballage, ou un bel enrobage. J’aime que les choses soient goûtues !  
  • Une devise personnelle ?
Ma devise c’est de ne jamais se décourager. C’est un petit peu le conseil que je donne. C’est se donner les moyens pour réaliser ses rêves en fait. Si on veut vraiment quelque chose, il faut travailler et faire en sorte de réaliser ce rêve. C’est bien beau de rêver mais c’est encore mieux de se donner les moyens de les concrétiser. 
  • Où peut-on te trouver prochainement en dédicace (après juin) ? 
Alors il y aura la Japan Expo à Paris en juillet, il y a évidemment Mon’s Livre en fin d’année, le Valjoly’maginaire en octobre et probablement encore l’un ou l’autre salon que j’oublie mais voilà, c’est déjà ça. 
  • Une différence entre le public littéraire belge et français ?
Le public littéraire belge est plus facile à intéresser en fait. Le français, ou en tout cas le français parisien, car les français du nord sont relativement similaires aux belges à ce niveau-là, il faut aller le chercher. Le public belge il vient à toi, il s’intéresse de lui-même tandis que le public français il va juste regarder et il faut arriver, avant même de lui parler du livre, à briser la glace pour pouvoir l’attirer. Donc c’est encore un autre exercice. Moi, personnellement j’ai beaucoup plus de mal à faire ça car je suis de base quelqu’un d’assez timide. Et les français qui viennent en Belgique le disent aussi, les maisons d’éditions françaises disent clairement qu’elles préfèrent venir en Belgique, le public est super sympa, chaleureux, intéressé alors que chez nous il faut aller chercher les gens,… 
  • Un dernier mot pour les lecteurs ?
Eh bien, lisez les autres articles du Blog. Ils sont très bien écrits donc parcourez, parcourez, lisez !


28418386_10156132245581948_571428129_o
Un très chouette moment, avec beaucoup de rires, un peu de boisson et une passion : la littérature ! Merci Geoffrey 😉

Si vous avez apprécié cet article (ou pas), n’hésitez pas à commenter. Si vous avez déjà lu des œuvres de l’auteur, partagez vos impressions !
À très bientôt pour une nouvelle interview Imaginafrite !
Résultat de recherche d'images pour "Jimmy fallon gif"
(Article original à lire sur le blog Evasionimaginaire)

mardi 17 avril 2018

Les Royaumes Ephémères - Tome 2 - La chute du Magentist

(Article original sur le blog Rêves et Imagines)

TITRE : Les Royaumes Éphémères
Tome 2 – La chute du Magentist
AUTEUR : Geoffrey CLAUSTRIAUX
EDITIONS : Livr’S


Résumé


David Mellow était un garçon ordinaire… jusqu’à ce qu’il décède dans un accident de la route et se réveille dans un monde inconnu, nommé par ses habitants « les Royaumes Éphémères ». Dans cet univers parallèle au nôtre, les nouveaux venus se voient dotés de capacités magiques défiant l’imagination.
À son arrivée, David est recueilli par Balin, un mage millénaire qui va devenir son mentor. Il va également se lier d’amitié avec Milia et Matthew, malgré la rivalité qui les oppose.
Toutefois, sur un coup de tête, il décide de quitter le groupe et de rejoindre la caste des Fulvus, des mages utilisateurs d’animaux. Pendant ce temps, Matthew et Milia partent à la recherche de Balin, qui a mystérieusement disparu…

Mon avis


J’ai retrouvé David et ses amis dans ce second tome des Royaumes Éphémères et j’attendais beaucoup de cette suite. L’auteur m’avait promis plus d’actions et il a tenu sa parole. En effet, les scènes de combat sont plus nombreuses et le côté sombre de l’intrigue prend beaucoup plus de place. J’avoue avoir fait une pause dans la lecture non par manque d’intérêt, mais étant moi-même auteure j’avais des prérogatives. De plus, ne pouvant que lire le soir, je privilégie la liseuse au livre papier en cette période de la journée. 

Dans cette suite, on en apprend plus sur l’un des personnages : Matthew. Il m’a surpris et cela a donné une trame très intéressante à ce texte. David et Garvin partent à la recherche de leur caste disparue et à leur retour, ils vont devoir affronter une situation critique. Il est difficile d’en dire plus au risque de spolier. Cependant, je peux me permettre d’affirmer que la fin ne laissera pas de marbre le lecteur. La tournure que prennent les évènements promet une épopée riche en rebondissements et en actions. On perçoit également l'évolution du personnage de David tant mentalement que du côté"magie". 

J’ai retrouvé la plume précise et descriptive de l’auteur. Il nous dévoile un peu plus de l’univers politique présent et passé de ces terres. Et je pense que les révélations futures font faire du bruit. J'ai également beaucoup apprécié les créatures qui apparaissent dans ce tome. Pour conclure, malgré la pause que j’ai dû m’imposer, ce second tome se lit avec facilité, les scènes se suivent et ne se ressemblent pas, et les personnages paraissent plus humains (dans le sens où des sentiments sont dévoilés plus clairement). 

Ce fut une bonne lecture et d’après ce que je sais, c’est très loin d’être terminé puisque 4 autres tomes sont à suivre… avec des couvertures tout aussi sublimes !

Extrait 


Les jets  de lumière frappèrent le sol ; deux créatures monstrueuses apparurent au milieu d’un nuage de fumée. D’environ trois mètres de haut, elles avaient l’apparence d’une araignée croisée avec un crabe. Leur corps, au lieu d’être recouvert de poils, était constitué d’un minéral transparent comme du diamant et des mandibules acérées claquaient devant leur bouche, achevant de leur donner un air cauchemardesque. Au plus profond de leur abdomen, auquel se rattachaient leurs huit pattes, brillait une lueur rouge.
- J’espère que vous apprécierez nos Aracnoquartz ! lança Sonan.
- Fuvotempra Rocogol ! répliqua Garvin.
La plaine se remit à trembler ; une imposante créature de roche surgit du sol, laissant derrière elle un cratère béant. Ses bras disproportionnés, constitués de terre et de cailloux, laissaient supposer une grande puissance de destruction. Sa taille équivalait plus ou moins à celle d’un immeuble de cinq étages.

mardi 13 mars 2018


Chronique : Les royaumes éphémères tome 1

Article original sur le blog de devolivre


Hey salut les ptits loups!
Je reviens aujourd’hui vous partager mon avis concernant le tome 1 de la saga les Royaumes éphémères écrit par Geoffrey Claustriaux que j’ai eu la chance de rencontrer au festival Trolls et Légendes organisé à Mons (Belgique) l’année dernière. J’ai mis pas mal de temps à me lancer dans ce livre mais c’est chose faite et je n’ai pas le moindre regret!

Résumé

David Mellow était un garçon tout à fait normal jusqu’à ce qu’il trouve la mort dans un accident de voiture. Il avait dix-sept ans.
Paradoxalement, son décès sera pour lui le début d’une nouvelle vie. En effet, au lieu d’atterrir au Royaume des Morts, le jeune homme se retrouve propulsé dans une dimension parallèle, nommée par ses habitants les Royaumes Éphémères.
Cet univers régi par la magie va s’avérer plein de surprises, car quiconque y pénètre se voit doté de capacités surnaturelles ainsi que d’une certaine forme d’immortalité…
David fait rapidement la connaissance de Balin, un mage nomade qui voyage accompagné de Milia, une jeune femme au tempérament volcanique. Ceux-ci lui apprennent que le pays est en proie à une guerre civile impliquant les trois plus grandes castes du royaume.

Mon avis

En refermant ce livre, je ne me suis posée qu’une seule question : pourquoi personne ne m’a jamais parlé de ce livre avant?
Si vous avez aimé Harry Potter et son univers je pense pouvoir affirmer que vous aimerez aussi ce bouquin. On y retrouve tous les éléments clefs qui, pour moi, font la richesse d’un bon roman de Fantasy. Le monde est complet, surprenant et bien pensé. J’ai particulièrement aimé découvrir les animaux qui peuplent les Royaumes Ephémères, découvrir tous les lieux, les paysages mais aussi toutes les nouveautés qu’apporte ce monde par rapport au notre.
Pour ce qui est des personnages, j’ai beaucoup aimé découvrir David et Milia ainsi que les autres. On s’y attache très facilement bien qu’au début j’ai été un peu septique sur le fait que David puisse si vite oublier sa famille dans l’autre monde. Mais après une centaine de pages, l’auteur nous emporte avec lui dans les péripéties des héros et arrive donc à nous faire oublier ce « détail » des vies passées. Je dois dire que j’ai plutôt apprécié l’absence d’histoire d’amour dans ce premier tome, ce qui m’a vraiment permis de me concentrer sur la découverte de la magie et des personnages.
Et puis notons tout de même que la couverture est absolument canon et qu’elle a été réalisée par l’auteur lui même!
A noter tout de même que cette saga livresque fait six tomes. J’espère donc que Geoffrey Claustriaux réussira aussi brillamment la suite de l’histoire!

En résumé

coup de coeur
Ce livre fut une merveilleuse découverte et un véritable coup de coeur. Les personnages sont attachants et sonnent vrais dans leurs paroles et dans leurs actes. L’univers est surprenant et vraiment bien détaillé. L’histoire se lit vite et j’ai adoré découvrir ce tome 1. J’achèterai très certainement le tome 2 lors du salon du livre organisé à Charleroi, si l’auteur est présent!

jeudi 8 mars 2018

Les Royaumes éphémères, tome 1 : L’Odyssée du Jeune Fauve, les prémisses d’un cycle ambitieux et surprenant
(Article original à lire sur le blog littéraire évasionimaginaire)
Image associée

Résumé :

David Mellow était un garçon tout à fait normal jusqu’à ce qu’il trouve la mort dans un accident de voiture. Il avait dix-sept ans. 
Paradoxalement, son décès sera pour lui le début d’une nouvelle vie. En effet, au lieu d’atterrir au Royaume des Morts, le jeune homme se retrouve propulsé dans une dimension parallèle, nommée par ses habitants les Royaumes Éphémères.
Cet univers régi par la magie va s’avérer plein de surprises, car quiconque y pénètre se voit doté de capacités surnaturelles ainsi que d’une certaine forme d’immortalité…

Auteur, personnalité montante dans le milieu de la littérature belge

Geoffrey Claustriaux est un auteur belge né en 1985. Passionné de littérature et de cinéma, il voue une grande admiration aux auteurs H.P. Lovecraft et Stephen King. 
Il est actif depuis plusieurs années dans le domaine des critiques cinématographiques et plus particulièrement dans le cinéma de genre (Horreur, Fantastique, Science-fiction et Fantasy). 
Ayant réalisé l’interview du bonhomme il y a peu, je ne m’étalerai pas plus en description. Sachez juste que le gaillard prend de l’ampleur dans le plat pays, que l’une de ses nouvelles a eu le privilège de participer, parmi les dix finalistes, au prestigieux concours de la Plume de Cristal et fut élu il y a peu par la télévision nationale « Espoir belge de l’Épouvante », excusez du peu.

Acquisition du livre, merci Trolls&Légendes

J’avais déjà rencontré l’auteur à la MIA (la quoi ? la Made in Asia, quoi tu ne connais pas ? Bah go sur internet fieu !) de façon fortuite et, suite à un curieux concours de circonstances que j’évoquerai lors de la rédaction de l’interview, j’ai commencé à discuter avec lui via Facebook (God bless the social network ❤……What ?). Peu après, nous nous sommes rencontré à Trolls&Légendes à Mons il y a au moins, fiou je ne sais même plus, peut-être trois ans ? Bref. C’est alors que j’ai acquis mon premier livre dédicacé de Geoffrey Claustriaux. Moment important car il s’agissait de ma première visite dans un festival fantastique de cette importance et l’auteur devint par la suite un ami, donc forcément, l’évasion avait déjà bel et bien débutée.
P1030048
Nous étions jeunes et beaux. Remarquez ce joli costume de Peter Pan (ou Robin des Bois, c’est selon) que porte notre ami Geoffrey Claustriaux. Depuis, il a gagné en assurance et en goûts vestimentaires, moi j’ai gagné en barbe et en rondeurs ^^

Titre, couverture et quatrième de couverture, une réédition réussie

Bon, il est intéressant de préciser que le livre a été retravaillé et réédité. Cette phrase aura son importance dans la critique. Soulignons également que les couvertures des livres de l’auteur sont entièrement réalisées par lui-même, ajoutant encore un peu plus de légitimité et de mérite dans la reconnaissance de ses ouvrages. Après, il y a matière à discussion (y est là tsé le critique littéraire !).
Dans les deux versions (aussi bien chez Mon Petit Éditeur que chez Livr’S Éditions), nous pouvons observer des animaux (des loups en dualité chez sur la première, un lion sur la deuxième). Pour l’œil avisé, la claque visuelle vient clairement sur la deuxième couverture, garantie d’une attraction du public vers son ouvrage. Après lecture, l’on peut comprendre l’idée générale de la première édition, par contre je me pose toujours la question de pourquoi un lion sur la couverture mis à part le côté esthétique de la bête mettant en valeur le produit/l’objet. Bon, je suis tatillon je l’admet, mais le lecteur espérant trouver un lion dans le livre risque d’être déçu (sauf s’il est présent dans la réédition ou s’il a, un moment ou un autre, un impact dans l’un des autres tomes).
Concernant le titre, pas de soucis, l’on aura tôt fait de comprendre pourquoi le surnom de « Jeune Fauve » et le résumé en quatrième de couverture est clair quoique les différentes informations peuvent peut-être instiller de l’anxiété dans le chef des personnes peu expérimentées dans cet univers. Mais en soi, rien d’insurmontable.
Les Royaumes éphémères, tome 1 : L'Odyssée du Jeune Fauve par ClaustriauxLes Royaumes Éphémères Tome 1 : L’Ascension du Jeune Fauve par Claustriaux

Mes impressions, une lecture profondément divertissante

Je suis un vilain lecteur. J’ai entamé la lecture de ce livre genre quatre ans après son achat. Pourquoi ? Une appréhension quant au fait de lire et de critiquer l’oeuvre d’un ami ? Peut-être. À l’époque je n’avais que peu d’expérience dans les domaines de l’imaginaire et j’ai sans doute préféré attendre d’en avoir un peu plus sous la pédale pour acquérir un œil plus aguerrit sur la chose. Et après lecture, je regrette de ne pas avoir franchi le pas avant ! Car, avec ou sans expérience de la Fantasy, ce livre est très bon et plaira aux initiés comme aux profanes.
Dans le fond, l’histoire n’est pas ultra originale. Un jeune garçon décède dans un accident et, au lieu de finir au Paradis (ou en Enfer ou simplement chez les morts), il se retrouve dans un Monde magique. Le héros devra découvrir son environnement, rencontrera quelqu’un qui lui offrira son enseignement, aura un rival, quête initiatique et tout le tralala habituel. Les bons vieux procédés pour les histoires de Fantasy Young Adult. Et Dieu seul sait à quel point je ne suis pas pour les lectures de ce genre-là (même si j’avoue avoir l’un ou l’autre plaisir coupable pour des lectures bien ciblées).
Mais le tour de force de l’auteur dans ce cas-ci, fut de proposer un Monde travaillé, soigné, un système de magie simple et cohérent, des hiérarchies et des lois immuables qui régissent cet étrange univers, une intrigue basée autour d’une guerre et d’une prophétie (oui, je sais, c’est cliché mais la prophétie n’arrive qu’à la fin et ne spoil en rien le récit), le tout imbibé par les inspirations de l’écrivain comme les mangas par exemple. Après lecture, je me suis clairement cru dans une salade mixte entre Harry Potter (oui, il y a des mages et des bestioles qui ne feraient pas tâche dans les Animaux Fantastiques), Alice au Pays des Merveilles, un peu de Full Metal Alchimist et peut-être même du Naruto (ou peut-être pas, mais c’est mon ressenti), et j’en passe et des meilleures. La créativité est géniale, les scènes de combat sont très réussies et l’auteur ne nous laisse pas en plan en nous expliquant, pas à pas, à travers les différents intervenants comment le tout fonctionne.
Ensuite, le livre plaira aux plus jeunes comme aux adultes. Même si l’histoire s’inscrit dans un genre plus destiné pour les moins de vingt ans, certaines phases du livre ont un côté très mature, parfois cruel, et l’on se surprend à vivre et ressentir avec force les émotions des personnages à travers leurs aventures et leurs difficultés.

Les personnages, David, un héros qui suscite l’empathie

L’on suivra donc les aventures de David Mellow, tragiquement décédé dans un accident. Somme toute un bon personnage principal de dix-sept ans dans lequel l’on peut facilement s’identifier. L’auteur lui donne une personnalité assez neutre pour que le lecteur puisse se transposer en lui au fil de ses aventures, de ses réussites et de ses échecs. Son évolution est très intéressante, car malgré de gros efforts pour progresser plus vite que le commun des mages peuplant les Royaumes Éphémères, David échoue, il réussit plus vite que certains, met du temps à réussir d’autres sorts plus simples, rien ne lui est acquis et il doit se battre pour s’imposer. Durant la bataille finale, j’ai trouvé sa soudaine maturité vraiment forte, en accord avec tout ce qu’il avait traversé avant. Après, il reste un ado avec ses bévues, ses envies de toujours aller plus vite que la musique et autres petits défauts. Mais la mort d’un être proche et des révélations sur son rôle à venir vont le transformer. Les amitiés qu’il développe avec Matthew, puis avec Garvin le jeune Fulvus, sont très différentes et intéressantes à découvrir au fil des pages, mettant forcément le lecteur en position de comparaison, preuve que chaque personne que nous croisons peut nous apporter quelque chose et nous faire évoluer à sa manière, avec ses qualités et ses défauts.
Matthew, le rival et ami d’entraînement de David, est un peu l’Emo de la bande (cheveux sombres, yeux sombres, caractère sombre, fin vous voyez le genre quoi). Son évolution est peut-être la plus intéressante car il devient personnage principal avec David suite à un événement majeur, et sa psychologie est rudement bien travaillée. Il fait partie d’une caste qui fut éradiquée par les Shreid(caste des mages-assassins), les Magentist, des mages pouvant contrôler l’esprit des animaux et des gens.
Balin, un garçon de 13 ans qui vie dans ce Monde depuis plus de mille ans, est cool et possède des pouvoirs très puissants, tout comme Milia sa protégée avec une propension à faire flamber tout ce qui l’entour, mais je regrette un manque de profondeur psychologique sur ces deux-là, surtout sur Milia qui porte le statut de fille farouche à l’extérieur mais tendre à l’intérieur, parfois un peu trop classique en littérature (que cela soit en Fantasy ou ailleurs). Garvin me plaît bien, à voir son évolution dans la suite, mais on peut peut-être lui reprocher d’être trop lisse, trop bon, sans défaut.
L’on attend le tome 2 avec impatience pour en apprendre plus sur les deux forces ennemies que sont Imy-Out, chef millénaire des Néphilims, et Médrawt, chef incontesté des Aceriis (caste de mages utilisant la technologie pour améliorer leurs compétences magiques).
Mention spécial au petit Gnome de Magma nommé Nagmi, petite bête vraiment attachante de par sa maladresse et de son courage. Un véritable Héros qu’il ne faut surtout pas sous-estimer.
Résultat de recherche d'images pour "GIF mage"

Ce que j’ai aimé

Tout d’abord, la couverture (et surtout celle de Livr’S Éditions). Des couleurs vives et chaleureuses pour appâter l’œil du touriste égaré telle la sirène sur son rocher appelant le marin malheureux qui…. Ahem…. Bref, le travail est remarquable et lorsque vous détenez les six tomes, vous pouvez les aligner pour découvrir une magnifique mosaïque. Cette même version a été retravaillée et largement dégraissée de toutes ses éventuelles longueurs, coquilles et répétitions pour un rendu beaucoup plus fluide et avec une bonne centaine de pages en moins par rapport à la version de Mon Petit Éditeur.
L’écriture de l’auteur. Efficace, simple, sans fioriture. Elle a la particularité de nous entraîner à travers les yeux de David, et de Matthew par la suite, avec justesse et nappée d’émotions. Comme cité plus haut, la plume sait nous transporter et nous mettre à la place du héros, nous permet de nous identifier à lui malgré son jeune âge.
Toujours dans l’écriture, les scènes sont particulièrement bien détaillées, surtout les scènes de combat où l’auteur excelle. Le combat final me renvoyait à cette époque où je regardais les mangas à la télé, où chaque adversaire se surpassait à chaque fois pour mettre à terre l’autre sur plusieurs épisodes, découvrant des ressources improbables. C’est imagé et détaillé pour une immersion complète de l’action.
Geoffrey nous accompagne, encore une fois à travers les yeux de David, dans un univers très différent du nôtre (le Monde des vivants est ici nommé le Monde des Réceptacles et lorsque l’on meurt dans les Royaumes Éphémères, notre âme retourne dans le Monde des vivants). L’on apprend l’existence de différents stades de magie (D, C, B, A et S), différentes castes (Les Bullomages, les Fulvus, les Shreid,…), une faune impressionnante (les Gnomes de Magma comme Nagmi, les loups d’écailles, les Méta-Tortues, les Flotticores,…), des potions (comme le Mimétisme Métallique, impressionnant), des villes et j’en passe et des bonnes idées pour enrichir cet univers.
Je pense que, pour une raison inconnue, on ne s’attend pas à une telle qualité pour un premier tome, avec une telle créativité et un divertissement de tous les instants. Même si le fond reste classique, la forme donnée par l’auteur nous plonge dans une aventure assez unique qui, malgré ses ressemblances avec d’éventuelles autres œuvres, n’a pas à rougir face à la concurrence française et anglo-saxonne.
La fin du livre propose son lot de surprises et de questionnements pour la suite. On a hâte de se procurer la suite pour continuer cette fabuleuse aventure !

Ce que j’aurai aimé, ce qui m’a dérangé

Pour le coup, j’ai lu la première édition du livre (de chez Mon Petit Éditeur). Heureusement, il y a une version corrigée. Car cette parution est truffée de fautes, de répétitions et d’oublis de mot. J’ai été inspiré d’attendre si longtemps avant de le chroniquer car j’aurai vraiment eu du mal à l’époque à donner un avis sur cette première version. Mais l’auteur a commis une erreur de jeunesse et je ne doute pas que la nouvelle édition est largement supérieure à celle que j’ai pu lire aujourd’hui. La première édition notait également en bas de couverture –> Science-fiction. La deuxième édition note en bas de couverture –> Fantastique. L’auteur annonce un livre Fantasy. Les personnages principaux ont tous vingt ans ou moins –> Young Adult. Faudra un jour tirer cela au clair mais ce livre n’entre clairement pas dans le rayon Science-Fiction (merci la réédition !), mais je chipote.
Sinon, pas de points négatifs majeurs.
On regrettera peut-être que Balin et Milia (et Garvin dans une moindre mesure) ne soient pas plus approfondit psychologiquement. Balin est souvent absent malgré un rôle très important et Milia est une réplique trop clichée de la dure au cœur tendre. Quant à Garvin, il est très (trop ?) lisse, trop juste dans sa psychologie. À voir comment ils évolueront au fil des tomes.
On peut éventuellement citer le manque total d’affection et de souvenirs de David vis-à-vis de ses parents une fois mort. Alors oui, il pense parfois à sa copine qu’il a laissée dans le Monde des Réceptacles et cherche à retrouver son frère Adam, décédé quelques années plus tôt, dans les Royaumes Éphémères, mais tout de même. Pas une mention de ses géniteurs lorsqu’il fait allusion à sa vie d’avant. Pareil pour Garvin lorsque son village se fait raser par les Shreid, il ne pense même pas à les retrouver. Bizarre. Ceci a peut-être été corrigé dans la deuxième édition (ou peut-être ai-je loupé un paragraphe, ce qui n’est pas impossible).
Certains soulignerons peut-être que c’est encore une fois un jeune sans expérience qui va venir à bout de dangers beaucoup plus gros que lui et vaincre des ennemis que même les plus expérimentés ont du mal à éliminer. Bon, si on est pas fan du genre, cela peut peut-être gêner. Si l’on est amateur de Young Adult, on peut se dire que la sauce a déjà été servie de la même manière dans d’autres plats. Mais à priori, vous vous immergerez sans soucis et prendrez plaisir à lire.  Laissez-vous aller et appréciez l’évasion proposée par l’auteur.
Je suis généralement assez sévère, même pour les livres que j’aime. Mais pour le coup, mis à part ces deux-trois éléments qui n’entravent en rien une lecture agréable, je n’ai vraiment pas grand chose à redire.

Conclusion

Du Harry Potter like tombé dans le jardin d’Alice au Pays des Merveilles avec des influences asiatiques (Mangaaaaaaa…..Hum) sur fond de quête initiatique Young Adult. Avec ces ingrédients sur le papier, l’on peut imaginer que cela a un goût de déjà vu ou bien que Tim Burton s’est proposé pour un nouveau tournage tordu après un voyage imbibé de saké au pays du Soleil Levant. Rien de tout ceci. Oui, le fond est peut-être relativement classique, mais la plume et la créativité de l’auteur nous emmènent dans une évasion où l’imaginaire est Roi, où la guerre entre Nephilims (mages purs) et Aceriis (mages aux pouvoirs développés par des implants cybernétiques) fait rage dans les Royaumes Éphémères (lieu où les âmes des morts renaissent pour y vivre éternellement jusqu’à une nouvelle mort pour redescendre dans le Monde des vivants), où un héros un peu pommé va se retrouver propulsé dans un univers où il ne contrôle rien et fera face à de multiples difficultés. Dans ce chaos, l’amitié et la force de caractère seront des atouts majeurs pour surmonter chaque obstacle.
Il manque peut-être ce petit quelque chose, un « je ne sais quoi » pour que cela soit un vrai coup de cœur, impression sans doute flouée par les fautes de la première version, corrigée dans une superbe réédition de chez Livr’S Éditions que je me procurerai avec grand plaisir. Peu amateur de Young Adult, j’ai été très enthousiaste par la qualité de l’histoire, mais ceux qui en connaissent les codes auront peut-être un goût de déjà vu, mais ils passeront sans aucun doute un très bon moment.
Bref, entrez sans hésiter dans cette aventure surprenante et fabuleuse, divertissante à souhait, façonnée par un auteur de plus en plus reconnu et qui fait partie de cette nouvelle vague d’auteurs belges prometteurs dans les univers de l’imaginaire .

Note

8,5/10